Grosse mise à jour sur le défi espagnol!

Cela fait quelques semaines que je n’ai pas fait de bilan de mon défi espagnol et pourtant il s’est passé un sacré paquet de choses.

Le post est un peu 3615 ma life mais ça vaut le coup de le lire car le défi a été pas mal chamboulé!

Résumé des épisodes précédents

résumé des épisodes précédents
J’ai commencé ce défi en me fixant pour but d’investir un minimum de temps dans l’affaire (pas plus de 30 minutes par jour) et en mode ultra low cost
: 5€ pour une petite app pour iPhone qui fait des miracles pour apprendre et retenir du vocabulaire.

Tout se passait bien et je progressais régulièrement, atteignant rapidement les 1400 mots en 7 semaines!

J’ai bien eu un petit coup de moins bien niveau motivation au début de la semaine 6 mais je me suis bien repris en décidant de me faire de réintroduire la notion de plaisir que j’avais un peu oubliée en route avec le défi.

En semaine 7 j’ai failli me laisser submerger par la somme des cartes à réviser mais j’ai tranché dans le vif en arrêtant d’apprendre de nouvelles cartes pour laisser le soufflé retomber. J’ai même commencé à chatter en espagnol avec Roberto, mon pote espagnol.

Grosse déprime

dépression linguistique
Bref tout se passait très bien, jusqu’à un certain Allemagne-Turquie entre collègues le 8 octobre. On a un peu picolé pour fêter la victoire, or moi l’alcool ça me rend somnolent.

Vous voyez déjà le truc arriver gros comme un 30 tonnes dont les freins auraient lâché, je me suis endormi dans le métro du retour (en mode gros boulet).

A mon réveil (et après avoir 3 fois le tour de Berlin dans les bras de Morphée), quelqu’un m’avait fait les poches et était reparti avec mon iPhone.

Celui-ci envolé, c’est tout le défi qui était à repenser. Même si les cartes sont synchronisées, je n’ai pas les moyens de m’en repayer un avant un moment, autant dire que les cartes auront pourri d’ici là. Sans compter mes cartes de japonais, presque un an de boulot, j’en avais gros sur la patate.

J’ai vraiment fait une mini déprime linguistique après ça, je n’avais plus envie de rien faire et tant pis pour le défi. On est arrivé au 15, où j’ai pris mes premières vacances depuis plus de 7 mois. J’avais envie d’en profiter à fond du coup je n’ai rien touché niveau langues.

Je suis le premier à dire qu’il ne faut pas s’arrêter de manière prolongée mais là j’ai craqué.

Rebondir pour repartir

rebondir pour repartir
La seule chose que j’ai faite pendant les vacances a été de repenser ma manière d’approcher le défi.

Je me suis rappelé que réintroduire la notion de plaisir m’avait bien aidé à repartir au milieu du deuxième mois et du coup j’ai recyclé l’idée. Je me suis payé le premier Harry Potter en audio-livre en espagnol.

On aime ou on aime pas le bouquin, mais il a plusieurs gros avantages: Il est facile à trouver en audio livre dans toutes les langues, il n’est pas trop compliqué à lire et je l’ai déjà lu plusieurs fois (d’abord en français, puis en anglais, puis en allemand), donc je le connais presque par cœur.

Je lis tout en écoutant le texte et je surligne au stabilo les mots qui me manquent.

Je couple ça avec un peu de théorie (je passe 5 minutes par jour à étudier les tableaux de conjugaisons). Et on verra ce que ça va donner, premier bilan provisoire le 15 pour les 3 mois du défi.
 
 
 
 
Crédit photo
© Image Source/Corbis
© Beau Lark/Corbis
© Image Source/Corbis

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)