Efficacité

Les kanjis dans la tête

Les kanjis dans la tête

5

Les kanjis dans la tête
Cela faisait longtemps que j’avais à cœur de vous présenter cet ouvrage. C’est LE bouquin qui a changé ma vision des kanjis (et donc, du japonais).

Pour moi comme pour la plupart des débutants, un kanji était une combinaison aléatoires de traits impossible à reconnaître et à reproduire. C’était comme si on avait laissé un bébé faire des gribouillages pour ensuite donner un sens à son chef-d’oeuvre.

La révélation

 
En réalité point de tout ça, les kanjis sont tous composés des mêmes « briques » appelées 部首 (bushu) en japonais, chaque kanji étant formé d’une à trois briques parmi les 214 disponibles.

L’auteur original du livre, James Heisig, a eu la très bonne idée de se servir des briques de chaque kanji pour former une petite histoire servant de moyen mnémotechnique.

Par exemple la kanji 冒 qui veut dire risque est composé des briques 日(le jour, le soleil) et 目 (l’oeil) empilées l’une sur l’autre. Il semble très naturel de se dire que regarder le soleil en face est un risque pour vos yeux, non?

Partant de là, Heisig réutilise les kanjis déjà appris comme brique à part entière. Par exemple il se ressert du kanji 寺 (temple bouddhiste) pour expliquer le kanji qui veut dire temps (時). 寺 ne fait pas partie des briques officielles mais cela permet tout simplement de rendre les histoires plus faciles à mémoriser.

Le soleil est l’unique moyen de mesure le temps dans les temples bouddhistes (tout autre instrument comme les montres étant proscrit pour ne pas gêner la méditation).

L’avantage avec Les kanjis dans la tête, c’est que vous comprenez le kanji au lieu de le réécrire mille fois bêtement en espérant qu’il finisse pas rentrer (ce qui est un gâchis de temps énorme). Il reste gravé dans la mémoire à long terme avec très peu de chance d’oublier comment il s’écrit.

Les détracteurs

 
Certains voient dans ce livre une hérésie (peut-être ont-ils un problème avec ça parce que ça rend le japonais trop simple à leur goût?):

  • Il y a les adeptes de la force brute, qui copient chaque kanji 500 fois pour l’apprendre (2 heures au lieu de 5 minutes pour une histoire mnémotechnique)
  • Il y a ceux qui critiquent le fait que les lectures ne sont pas dans le bouquin. A mon avis c’est très bien de d’abord se concentrer sur le sens car cela rend le processus d’apprentissage plus efficace. C’est le fordisme appliqué au kanjis :)

Heisig a consacré un second ouvrage aux lectures mais il est à mon sens beaucoup moins révolutionnaire et je déconseille de l’acheter. L’apprentissage des lectures doit se faire en contexte avec de vrais mots dans des vraies phrases (à quoi sert d’apprendre les 5 lectures en composé d’un caractère brut de décoffrage? C’est pour la beauté du geste peut-être?)

Le livre n’est pas dispo sur Amazon en ce moment mais vous pouvez le commander directement sur le site d’Yves Maniette ou dans sa version originale anglais Remembering the kanjis.

Pour-être franc, j’avais trouvé la version anglaise des Kanjis dans la tête en téléchargement illégal mais vous ne vous rendez pas service en faisant ça. Je trouve le papier irremplaçable (j’ai besoin de toucher, de feuilleter, de pouvoir naviguer dans la bouquin avec légèreté et en plus l’écran fait mal aux yeux) si bien que j’ai fini par l’acheter quand même.

Si vous n’êtes pas sur que les kanji dans la tête est fait pour vous, Yves Maniette (qui a adapté le livre en français) vous laisse la possibilité de découvrir les 280 premiers kanji gratuitement!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Décaglotte heureux

Interview: Luca parle 10 langues et nous explique sa méthode infaillible

20

Luca le décaglotteSalut Luca, ça me fait vraiment super plaisir de t’accueillir ici pour cette interview. On peut dire que tu es une célébrité dans la communauté des passionnés de langues.

Pour rappeler un peu les faits, en 2008 tu as posté une vidéo où tu parlais 8 langues et ça a rapidement fait le buzz, notamment sur le forum du site how-to-learn-any-language qui est je le rappelle, le plus gros forum anglophone consacré aux langues. Aujourd’hui les vidéos de ta chaîne Youtube ont été vues presque 700000 fois.

En fait ta célébrité ne vient pas seulement de cette première video où tu parles 8 langues. Tu en as publié de nombreuses par la suite, où tu expliques ta méthode et où tu donnes ton point de vue sur certaines questions « clé » en langues, notamment sur la courbe d’apprentissage ou sur l’utilité de prendre des cours. D’ailleurs j’invite tous les lecteurs qui parlent anglais à visiter ta chaine Youtube d’urgence! ;)

On commence par le grand classique des interviews de polyglotte. Combien de langue parles-tu à l’heure actuelle? Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.7/10 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +3 (from 3 votes)
grenzenlos

Le meilleur cours de ma vie

12

J’écris cet article dans le Paris-Berlin qui me ramène à la maison et je profite de l’occasion pour revenir sur mes premiers pas en allemand.

Ma meileure leçon d’allemand

grenzenlos
Je me rappelle encore très bien de mon premier cours d’allemand. J’étais haut comme trois pommes et je venais de rentrer en 6ème. Je me rends compte en écrivant ces lignes que c’était il y a 15 ans et comme en plus on est dimanche soir, je sens comme une légère envie de déprimer poindre à l’horizon. Mais passons.

Donc comme je le disais, j’étais haut comme trois pommes et j’avais une prof ma foi très sympathique, ce qui, chez les profs d’allemand, est suffisamment rare pour être souligné (je plaisante, bien entendu).

Je me rappelle étonnamment bien des premières leçons. Il y était question de cochons d’Inde disparus, de vacances, de bronzage, de robes à volants et d’échange de sandwichs à la pause de 10h (si vous êtes nés dans les années 80 ça vous dit probablement quelque chose, ces bouquins s’appelaient « Grenzenlos »).

Ces premières leçons étaient constituées de petits dialogues mettant en scène des situations de la vie de tous les jours. Aujourd’hui encore, le vocabulaire reste gravé dans ma mémoire. Je pourrais même vous ressortir des passages entiers, signe que ces dialogues, pourtant banals en apparence, m’ont marqué de manière indélébile. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
écouter les radios étrangères

8 bonnes raisons d’écouter la radio pour apprendre les langues étrangères

5

 
écouter les radios étrangèresTu le sais, je suis un fervent partisan de l’immersion à domicile.

Se créer un environnement favorable à l’apprentissage est primordial pour que le cerveau s’habitue à la langue cible: son rythme, ses intonations, sa structure, etc.

Pour ça on peut utiliser les livres, la télé, la musique mais également la radio.

Bizarrement, beaucoup n’y pensent même pas, alors que la radio est très facilement accessible sur le net et présente beaucoup d’avantages quand on la compare à la télé.

Passons donc en revue les 8 meilleures raisons de se mettre à la radio dès maintenant pour progresser en langues étrangères:
Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.5/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
retenir facilement du vocabulaire

Comment ne plus jamais oublier de vocabulaire

0

retenir facilement du vocabulaire
Je dois t’avouer quelque chose lecteur, je t’ai un peu menti. Si tu es du genre à paumer tes clés, tes lunettes ou à mettre ton crayon sur ton oreille pour ensuite le chercher partout, je ne peux rien pour toi.

Je suis pareil et je n’ai toujours pas trouvé la solution.

Par contre l’outil que je vais te montrer aujourd’hui va te permettre de ne plus oublier aucun mot que tu apprends.

Cet outil c’est ce qu’on appelle un SRS.

SRS Késako?

SRS est l’abbréviation de l’anglais « spaced repetition system », soit en français système de répétition espacé.

Pour faire simple, ce système augmente la fréquence à laquelle tu rencontres les mots pour t’empêcher de les oublier.

Il te présente le vocabulaire sous forme de cartes recto verso (appelées flash cards en anglais). Soit il te demande de traduire de ta langue cible vers le français, soit l’inverse.

La mémoire (pas) dans la peau

Ca peut sembler paradoxal, mais la mémoire est programmée pour oublier. On commence même à oublier une information nouvelle dès le moment où on l’apprend.

Des scientifiques se sont penchés sur la question et ont découvert qu’on oublie à une vitesse exponentielle ! J’aurais pu te faire un article chiant et compliqué avec des graphiques dans tous les sens, mais je préfère prendre un exemple plus parlant.

Si tu étudies une liste de 10 mots, tu vas te rappeler de 6 au bout de 20 minutes, de 3 au bout d’un jour et de 2 mots au bout d’une semaine. Seulement 2 mots, tout le reste passe à la trappe!

Que faire pour éviter ça?

Pour la plupart des gens apprendre du vocabulaire, ça ressemble à ça:

  • prendre une liste de mots
  • la lire plusieurs fois
  • essayer de se rappeler en se cachant un coté
  • revoir la liste lendemain (s’ils sont sérieux)
  • retrouver la liste enfouie au fond de son sac deux semaines plus tard, constater qu’on ne se rappelle presque plus de rien et se dire qu’on a une mémoire de poisson rouge

A moins d’être un autiste savant comme dans le film Rain man, ce genre de méthode ne fonctionne pour personne, c’est scientifiquement impossible. La mémoire trie l’information et se débarasse du superflu. Un des critères sur lesquels elles se base pour accorder de l’importance à une information, c’est la fréquence à laquelle elle la croise.

C’est la que les SRS rentrent en jeu! Ces logiciels calculent pour toi le moment idéal pour revoir un mot avant de l’oublier. Pour te donner un exemple, il te montre un mot un jour, puis le lendemain, puis 4 jours plus tard et ainsi de suite.

Bien sûr certains mots rentrent quand même plus facilement que d’autres, c’est pourquoi les SRS te donnent la possibilité d’évaluer ta mémorisation. Si au bout de 4 jours tu te rappelles super bien du mot, il te le remontre dans 9. Si au contraire tu ne t’en rappelais plus très bien, il te le remontre dans 2.

Avec ce système c’est virtuellement impossible d’oublier un mot!

Je recommande vivement les SRS suivants:

  • MosaLingua : à ma connaissance le seul SRS en français et en plus très joli et ludique. Dispo uniquement sur iPhone pour le moment, bientôt sur Android
  • Anki : Un SRS en disponible gratuitement sur ordinateur et en app payante pour l’iPhone. Il permet de travailler avec des piles de cartes enregistrées par d’autres utilisateurs. Interface en anglais.

Il en existe d’autres comme Mnémosyne mais je les trouve trop moches et à ma connaissance il ne permet pas d’ajouter des listes enregistrées par d’autres personnes.

Si tu as aimé cet article et qu’il t’a aidé, n’hésite pas à le partager sur Facebook ou à le Twitter!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 6.7/10 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Haut de page