mnémotechnique

moqueur burlon

Un mot, un jour (Espagnol-19)

5

Moqueur

moqueur burlon

Le premier mot du jour est burlón et signifie moqueur. Le féminin, moqueuse, se dit burlona. Bref, du très classique. Je pense que le meilleur moyen de s’en rappeler s’est de penser au mot burlesque qui vient de l’italien burla (qui veut dire blague).

Attention, rien à voir avec la définition américaine du burlesque à la Dita von Teese, l’article Wikipédia fait bien de le préciser. :)

Au passage si tu te demandes comment faire le ó eh bien il suffit de maintenir la touche alt appuyée puis de taper 162. Hop! ó!
 
se moucher sonar

Se moucher

Ici rien de bien compliqué, se moucher se dit sonarse, autrement dit se faire sonner (comme un klaxon). Il n’y a plus qu’à s’imaginer en train de se pincer le nez pour le faire sonner comme une trompette » et l’affaire est dans le sac.

Bonus, sonar veut vraiment dire sonner donc c’est deux pour le prix d’un, royal!
 
 
 
 
 

Voyou

voyou en col blancVoyou se dit golfo. Parfois il faut un peu chercher des voies détournées pour trouver un moyen mnémotechnique acceptable.

Finalement je me suis dit que le golf c’est le sport préféré de la criminalité en col blanc, ces voyous du monde de l’entreprise.
 
 
 
 
Crédit photos:
© Roy McMahon/Corbis

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
eclipse

Un mot, un jour (Espagnol-18)

1

Retour à une série laissée un peu en suspens, voilà de qui augmenter un peu ton vocabulaire espagnol ;)

Asombrar

eclipse
Le premier mot du jour est asombrar qui veut dire étonner, stupéfier. Pour m’en souvenir, j’ai fait appel à un souvenir d’enfance: Tintin. Dans l’album le temple du soleil, Tintin, alors captif des Incas, lit dans le journal l’annonce d’une éclipse et fait croire à ces ignorants qu’il commande au soleil.

Les incas étonnés et même stupéfaits par l’assombrissement soudain du ciel demande grâce à Tintin en l’échange de la vie du professeur Tournesol.

Temer


Temer veut dire craindre et vient directement du latin timere (beaucoup plus logique que nous les espagnols, sur le coup). Bon, je sais, ça ne t’aide pas des masses si tu n’es pas un latinisant aguerri qui a lu Virgile dans le texte (timeo danaos et dona ferentes).

Par contre si je te dis « timoré », ça te parle sans doute plus non? Temer → craindre, timoré → craintif.

Apostar

apotre misant
Apostar m’a directement fait penser à apôtre. Quel rapport avec le mot miser, véritable signification d’apostar? Bonne question. Flashback 2000 ans plus tôt, banlieue de Nazareth. Les aspirants messies et autres prédicateurs pullulaient dans le royaume de Judée.

Bien malin celui qui aurait pu dire alors lequel d’entre eux rentrerait dans l’Histoire. On peut dire que les 13 apôtres ont eu du flair lorsqu’ils ont misé sur Jésus (une semaine après Noël, timing de folie sur Astuces Langues).

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Les kanjis dans la tête

Les kanjis dans la tête

5

Les kanjis dans la tête
Cela faisait longtemps que j’avais à cœur de vous présenter cet ouvrage. C’est LE bouquin qui a changé ma vision des kanjis (et donc, du japonais).

Pour moi comme pour la plupart des débutants, un kanji était une combinaison aléatoires de traits impossible à reconnaître et à reproduire. C’était comme si on avait laissé un bébé faire des gribouillages pour ensuite donner un sens à son chef-d’oeuvre.

La révélation

 
En réalité point de tout ça, les kanjis sont tous composés des mêmes « briques » appelées 部首 (bushu) en japonais, chaque kanji étant formé d’une à trois briques parmi les 214 disponibles.

L’auteur original du livre, James Heisig, a eu la très bonne idée de se servir des briques de chaque kanji pour former une petite histoire servant de moyen mnémotechnique.

Par exemple la kanji 冒 qui veut dire risque est composé des briques 日(le jour, le soleil) et 目 (l’oeil) empilées l’une sur l’autre. Il semble très naturel de se dire que regarder le soleil en face est un risque pour vos yeux, non?

Partant de là, Heisig réutilise les kanjis déjà appris comme brique à part entière. Par exemple il se ressert du kanji 寺 (temple bouddhiste) pour expliquer le kanji qui veut dire temps (時). 寺 ne fait pas partie des briques officielles mais cela permet tout simplement de rendre les histoires plus faciles à mémoriser.

Le soleil est l’unique moyen de mesure le temps dans les temples bouddhistes (tout autre instrument comme les montres étant proscrit pour ne pas gêner la méditation).

L’avantage avec Les kanjis dans la tête, c’est que vous comprenez le kanji au lieu de le réécrire mille fois bêtement en espérant qu’il finisse pas rentrer (ce qui est un gâchis de temps énorme). Il reste gravé dans la mémoire à long terme avec très peu de chance d’oublier comment il s’écrit.

Les détracteurs

 
Certains voient dans ce livre une hérésie (peut-être ont-ils un problème avec ça parce que ça rend le japonais trop simple à leur goût?):

  • Il y a les adeptes de la force brute, qui copient chaque kanji 500 fois pour l’apprendre (2 heures au lieu de 5 minutes pour une histoire mnémotechnique)
  • Il y a ceux qui critiquent le fait que les lectures ne sont pas dans le bouquin. A mon avis c’est très bien de d’abord se concentrer sur le sens car cela rend le processus d’apprentissage plus efficace. C’est le fordisme appliqué au kanjis :)

Heisig a consacré un second ouvrage aux lectures mais il est à mon sens beaucoup moins révolutionnaire et je déconseille de l’acheter. L’apprentissage des lectures doit se faire en contexte avec de vrais mots dans des vraies phrases (à quoi sert d’apprendre les 5 lectures en composé d’un caractère brut de décoffrage? C’est pour la beauté du geste peut-être?)

Le livre n’est pas dispo sur Amazon en ce moment mais vous pouvez le commander directement sur le site d’Yves Maniette ou dans sa version originale anglais Remembering the kanjis.

Pour-être franc, j’avais trouvé la version anglaise des Kanjis dans la tête en téléchargement illégal mais vous ne vous rendez pas service en faisant ça. Je trouve le papier irremplaçable (j’ai besoin de toucher, de feuilleter, de pouvoir naviguer dans la bouquin avec légèreté et en plus l’écran fait mal aux yeux) si bien que j’ai fini par l’acheter quand même.

Si vous n’êtes pas sur que les kanji dans la tête est fait pour vous, Yves Maniette (qui a adapté le livre en français) vous laisse la possibilité de découvrir les 280 premiers kanji gratuitement!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Inflation espagnole

Un mot, un jour (Espagnol-17)

2

Inflation espagnole17ème épisode de nos aventures espagnolo-mnémotechniques, aujourd’hui nous allons voir les mots monter/augmenter, trou, et balai (je sais, dangereuse combinaison).

Subir

Ah, un faux-ami, comme ils sont nombreux en espagnol. Subir ne veut pas dire subir, sinon ça serait trop facile, mais augmenter. Augmenter comme dans augmentation des prix par exemple, d’ailleurs cela nous fournit un parfait moyen de nous en rappeler. Eh oui, qu’est-ce que les gens subissent le plus de nos jours, l’augmentation des prix pardi (d’où le choix de l’image, la boucle est bouclée). Subir peut aussi voulor dire gravir (comme dans un gravir une montagne) ou, plus communément, monter comme monter dans sa voiture ou monter sur son…
 

Balai

Escobar, le trafiquant qui ne voulait pas devenir balayeur
Transition de fou non? En plus je vous parlais d’Harry Potter dans un de mes derniers articles, ça tombe bien. Balai se dit escoba, pas vraiment de rapport, il va falloir se creuser un peu les méninges.

Si escoba veut dire balai, escobar veut dire balayer. Il ne reste plus qu’à penser à Pablo Escobar. Le plus fameux trafiquants de drogue du 20ème siècle était issu d’un milieu très pauvre et ne pouvant se payer des études, il a commencé à vivre de petits trafics pour ne pas devenir balayeur. Si vous ne savez pas qui est Pablo Escobar, lisez sa biographie (en espagnol bien sûr), c’est bon pour votre vocabulaire et votre culture perso.

Trou

percer un trou
Allez plus qu’un et je vous laisse tranquilles, en plus le lien est direct, ça va nous prendre deux secondes.
 
Trou se dit agujero et si on se penche un peu sur les mots de la même famille, on trouve aguja (l’aiguille) et aguijón qui est quasi transparent et signifie aiguillon. Entre une aiguille (ou un aiguillon) et un trou, il n’y a qu’un pas que je franchis, hop!

Je ne peux pas vous laisser sans vous conseiller de regarder ces quelques minutes de documentaire en espagnol ou on parle du plus gros trou au monde, le trou noir. Ils répètent le mot agujero negro au moins 10 fois, si après ça vous avez pas fixé! ;)
 

 
 
Crédit photo: Gregor Schuster/Corbis

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
se battre à coup de pelle

Un mot, un jour (Espagnol-15)

0

Pelear

se battre à coup de pelle
Je cherchais je cherchais et je ne trouvais pas. Ça arrive parfois avec les moyens mnémotechniques.

Dans ces cas là, mieux vaut ne pas s’acharner et passer au mot suivant. Le cerveau met ça de lui-même en tache de fond et ça tourne pendant que tu fais autre chose.

C’est pour ça qu’on dit « la nuit porte conseil » ou que parfois tu ne retrouves un mot ou un nom et qu’il te revient 5 minutes plus tard comme sorti de nulle part.

Donc c’est ce que j’ai fait. Je suis passé au mot suivant et 5 minutes plus tard je me suis rendu compte que c’était simple comme bonjour.

Pelear ressemble pas mal à pelle. Même si tu n’as pas vu le film Bernie, ça ne devrait pas être trop compliqué de t’imaginer deux mecs en train d’essayer de se battre à coups de pelle.

Après tu as la variante un peu plus raffinée, où tu associes dans ton esprit pelear à pelo (qui veut dire cheveux) et que tu te rappelles de l’expression de crêper le chignon.

Tu choisis ce qui te plait le plus, moi je trouve la première variante plus simple ;)

Apagar

Traduction apagar

Asymétrique, aphone, arythmie, analphabète, anormal…Tu commences à voir où je veux en venir, non?

Tout ça ce sont des contraires formés grâce au préfixe a.

Eh bien dans mon esprit tordu, je me suis dit « en fait c’est un peu comme si apagar était le contraire de pagar (payer) ».

Bon, en vrai apagar veut dire éteindre mais en fait ça fait sens. Quand tu prends l’habitude d’éteindre la lumière en quittant une pièce, tu fais des économies d’énergie et des économies tout court. ;)
 
 
 

Las rebaras

Prix barré

Rebajas veut dire soldes et comme rebajas sonne comme « rebarré », le lien est vite fait.

Pendant les soldes on voit sur les étiquettes des prix barrés et même rebarrés pour bien montrer au chaland qu’il est devant une bonne affaire.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Source image:
© Randall Fung/Corbis
© Michele Constantini/PhotoAlto/Corbis

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Haut de page