mythes

Les kanjis dans la tête

Les kanjis dans la tête

5

Les kanjis dans la tête
Cela faisait longtemps que j’avais à cœur de vous présenter cet ouvrage. C’est LE bouquin qui a changé ma vision des kanjis (et donc, du japonais).

Pour moi comme pour la plupart des débutants, un kanji était une combinaison aléatoires de traits impossible à reconnaître et à reproduire. C’était comme si on avait laissé un bébé faire des gribouillages pour ensuite donner un sens à son chef-d’oeuvre.

La révélation

 
En réalité point de tout ça, les kanjis sont tous composés des mêmes « briques » appelées 部首 (bushu) en japonais, chaque kanji étant formé d’une à trois briques parmi les 214 disponibles.

L’auteur original du livre, James Heisig, a eu la très bonne idée de se servir des briques de chaque kanji pour former une petite histoire servant de moyen mnémotechnique.

Par exemple la kanji 冒 qui veut dire risque est composé des briques 日(le jour, le soleil) et 目 (l’oeil) empilées l’une sur l’autre. Il semble très naturel de se dire que regarder le soleil en face est un risque pour vos yeux, non?

Partant de là, Heisig réutilise les kanjis déjà appris comme brique à part entière. Par exemple il se ressert du kanji 寺 (temple bouddhiste) pour expliquer le kanji qui veut dire temps (時). 寺 ne fait pas partie des briques officielles mais cela permet tout simplement de rendre les histoires plus faciles à mémoriser.

Le soleil est l’unique moyen de mesure le temps dans les temples bouddhistes (tout autre instrument comme les montres étant proscrit pour ne pas gêner la méditation).

L’avantage avec Les kanjis dans la tête, c’est que vous comprenez le kanji au lieu de le réécrire mille fois bêtement en espérant qu’il finisse pas rentrer (ce qui est un gâchis de temps énorme). Il reste gravé dans la mémoire à long terme avec très peu de chance d’oublier comment il s’écrit.

Les détracteurs

 
Certains voient dans ce livre une hérésie (peut-être ont-ils un problème avec ça parce que ça rend le japonais trop simple à leur goût?):

  • Il y a les adeptes de la force brute, qui copient chaque kanji 500 fois pour l’apprendre (2 heures au lieu de 5 minutes pour une histoire mnémotechnique)
  • Il y a ceux qui critiquent le fait que les lectures ne sont pas dans le bouquin. A mon avis c’est très bien de d’abord se concentrer sur le sens car cela rend le processus d’apprentissage plus efficace. C’est le fordisme appliqué au kanjis :)

Heisig a consacré un second ouvrage aux lectures mais il est à mon sens beaucoup moins révolutionnaire et je déconseille de l’acheter. L’apprentissage des lectures doit se faire en contexte avec de vrais mots dans des vraies phrases (à quoi sert d’apprendre les 5 lectures en composé d’un caractère brut de décoffrage? C’est pour la beauté du geste peut-être?)

Le livre n’est pas dispo sur Amazon en ce moment mais vous pouvez le commander directement sur le site d’Yves Maniette ou dans sa version originale anglais Remembering the kanjis.

Pour-être franc, j’avais trouvé la version anglaise des Kanjis dans la tête en téléchargement illégal mais vous ne vous rendez pas service en faisant ça. Je trouve le papier irremplaçable (j’ai besoin de toucher, de feuilleter, de pouvoir naviguer dans la bouquin avec légèreté et en plus l’écran fait mal aux yeux) si bien que j’ai fini par l’acheter quand même.

Si vous n’êtes pas sur que les kanji dans la tête est fait pour vous, Yves Maniette (qui a adapté le livre en français) vous laisse la possibilité de découvrir les 280 premiers kanji gratuitement!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Le (faux) casse tête des cas en langues

Les cas en langues: comment ne plus en avoir peur

2

Le (faux) casse tête des cas en languesDémontons un mythe ensemble: les cas

Avertissement: je ne suis pas un grammairien ou un fan de grammaire, je crois que depuis le temps tu l’as compris.

Avec moi pas de jargon incompréhensible ou de pinaillerie. Je fais pratique et je vais à l’essentiel.

Je voulais aborder ce thème des cas depuis longtemps. Il y a des langues qui sont réputées très difficiles justement à cause de ces fameux cas avec en tête l’allemand, le russe ou le polonais.

Je voulais contribuer à briser un peu ce mythe pour que tu arrêtes de te dire que ces langues ne sont pas à ta portée.
Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 8.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
combien de mots faut il apprendre

Combien de mots faut-il apprendre?

6

combien de mots faut il apprendre Apprendre une langue prend du temps et c’est en grande partie du à la quantité de vocabulaire à assimiler.

Toute la question est de savoir de combien de mots on a besoin d’apprendre. J’ai envie de te dire le plus possible mais ça ne va pas t’avancer beaucoup. En fait il existe des statistiques à ce sujet.

Je vais prendre l’exemple du russe parce que c’est une des langues les mieux documentées sur le sujet mais tu peux partir du principe que c’est valable grosso modo pour toutes les langues.

Pendant la guerre froide, les américains ont analysé la langue russe à des fins d’espionnage. Ils ont rassemblé d’énormes quantités de texte d’origines variées (livres, articles de journaux) pour analyser la fréquence d’apparition des mots.

Il en est ressorti les résultats suivants: Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 8.0/10 (21 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 3 votes)
Apprendre une langue en regardant des séries

Idée reçue # 2 : Je peux apprendre une langue sans efforts en regardant des séries

8

Idée reçue # 2 : Je peux apprendre sans efforts en regardant des heures de mes séries préférées dans ma langue cible.

Apprendre une langue en regardant des sériesJe vois souvent ce genre de conseils sur internet: « regarde plein de séries en vo, moi j’ai progressé super vite comme ça ». Et toi en lisant ça, tu te dis « ça déchire je vais booster mon niveau sans efforts! »

A priori, suivre ce conseil a plusieurs avantages:

  • a) s’habituer aux sons de la langue, à l’accentuation (éventuellement aux tons) et à la prosodie (la mélodie de la phrase)
  • b) booster son vocabulaire
  • c) bosser ta compréhension orale
  • d) assimiler la grammaire de manière passive
  • Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.8/10 (4 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Les petites enfants, plus doués que toi?

Idée reçue #1 : les enfants ont un don pour les langues

1


C’est une croyance populaire assez répandue et pour dire la vérité, j’y ai longtemps cru moi-même. Qui n’a jamais entendu ce genre de phrase « les enfants apprennent comme des éponges »?

L’apprentissage des enfants est ce qu’on pourrait qualifier de naturel, sans efforts. La preuve, tout enfant est capable de s’exprimer dans sa langue maternelle alors qu’il n’a jamais ouvert un livre de grammaire ou appris une liste de vocabulaire.

Et toi forcément, dans le cadre de ton apprentissage d’une langue étrangère, ça te fait sacrément envie. Ca fait même tellement envie aux gens qu’une boite en a fait son argument de vente : Apprenez comme un enfant avec Rosetta Stone ! Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Haut de page